Ceci n'est pas un Opéra


Si vous avez aimé "les nouveaux sauvages", vous allez ADORER "L'Opéra Panique".

 

C'est le dernier spectacle en date que je suis allée voir.

 

Il s'agit d'un recueil de petites histoires, écrit par Alejandro Jodoroswky & mis en scène ici avec Brio (OUI, je mets une majuscule à Brio dans ce cas précis parce que c'est bien mérité) par la Compagnie de L'Ours à Plumes.

 

Si je devais décrire ce spectacle en 2 mots, je dirais : poésie & humour   :) 

 

Mais bon, c'est carrément un sacrilège de réduire cette oeuvre d'art à 2 mots, donc je vais évidemment en faire un post !

 

 

Le mouvement panique : dans la lignée des surréalistes


Le mouvement Panique a été fondé par Alejandro Jodorowsky avec ses amis Roland Topor et Fernando Arrabal. 

C'est un mouvement qui tient son nom du dieu Pan, l'emblème du mouvement Panique. Mi-homme mi-animal, toujours riant, espiègle et d'humeur joyeuse : Pan s'amuse à effrayer les voyageurs par de soudaines apparitions (d'où la peur ''panique'').

 

 

Bref : un gros blagueur, quoi !

 

L'Opéra Panique par la compagnie l'Ours à Plumes : toute une expérience

 

 Quand on entre dans la salle du théâtre Darius Milhaud, on est accueillis par :

1. un espèce de Sherlock Holmes au féminin : c'est Ida Vincent, la metteuse en scène, qui restera en dehors de la scène, comme un 5è personnage ou un narrateur, c'est selon

2. les notes d'un piano sur lequel joue Cécile Feuillet, une des 5 comédiens qui officieront la suite du spectacle

 

Un bagage ouvert sur la scène fait office d'invitation au voyage.

Puis, quand la salle est plongée dans le noir, on est embarqués dans une dimension parallèle pendant 1h30.

 

Ce rythme... quel rythme !!

N'y allez pas pour vous ennuyer, hein, ça n'arrivera pas.

Des acteurs habités par leurs personnages & une mise en scène millimétrée


De gauche à droite : Cécile Feuillet, Aline Barré, Tullio Cipriano, Johann Proust
De gauche à droite : Cécile Feuillet, Aline Barré, Tullio Cipriano, Johann Proust

Les saynètes, annoncées par le 5è personnage en dehors de la scène, ce Sherlock Holmes au féminin, se suivent & s'enchaînent.

Ici, l'interprétation, de prime abord en légèreté, s'attaque à des sujets en réalité bien plus profonds. 

Les artistes, tantôt comédiens, tantôt poètes, tantôt chanteurs, tantôt danseurs, sont en tous cas percutants.

 

Aline Barré est un délice de précision & de mignonnerie.

Cécile Feuillet, une artiste multiple au talent comique inné.

Johann Proust : plus habité que ça, tu meurs !

Tullio Cipriano, unique en son genre & romantique à souhait avec sa petite histoire.

 

Et Ida Vincent, à la fois sur scène et en dehors de la scène, veillant avec un regard de maman sur son équipe. On la voit parfois murmurer les textes en même temps, c'est chou ;)

 

 

Une synergie qui fonctionne et qui sert bien l'exigence de précision des mouvements & la chorégraphie quasi-militaire de la mise en scène.

Johann Proust & Aline Barré
Johann Proust & Aline Barré

Ida Vincent : l'interview

Une drôle de dame, Ida ! 

 

Metteuse en scène et comédienne, c'est une grande spécialiste des inversions et contrepèteries malgré elle :)

Ida Vincent
Ida Vincent

 

1. Quand est-ce que tu as lu le texte de l'Opéra Panique pour la première fois ?

 

J’étais en première. Je prenais des cours de théâtre le mercredi, et on a joué cet opéra. Je jouais le personnage de la femme au fusil. De la façon dont s’était monté à l’époque j’avais un immense manteau de chasse très long & je passais dans le public, comme si j’allais buter les gens. {euh... that's freaky LOL}.

Depuis, j'ai toujours aimé ce texte.

 

 

 

2. Ok, mais pourquoi monter la pièce ? Il y a d'autres textes que tu aimes, je suppose. 

 

C'est la pièce qui m'a choisie, pas l'inverse.

Le texte m’a charmée. Comme une rencontre avec quelqu’un. Comme quand on tombe amoureux. Il n’y a pas de côté pragmatique en fait, juste « tu laisses faire ». 

 

 

3. Dans ta version à toi, quelle est la scène qui te fait le plus rire ? 

 

La guerre des philosophes, ça me fait rire. Etre ou ne pas être aussi, ça me fait marrer. Une histoire, aussi, ça me fait rire. Les 2 optimistes, ça me fait sourire…. Enfin, toutes. Elles me font toutes rire. 

La scène de la bouffe, aussi, ça me fait rire. Mais ça me rend triste, parce que je ne peux pas rire, vu que je le fais avec eux. 

Le début du prologue est top aussi. 

Bref, c’est compliqué, quoi (rires)

 

 

 

4. C’est quoi le message de l'Opéra Panique ? 

 

Ben y en a plusieurs, mais je veux surtout divertir les gens. Attention ! Pas divertir « pouet pouet camembert » !

Divertir en faisant réfléchir. 

Parfois, on dirige la pensée du spectateur, parfois on laisse une liberté d’interpréter ce qu’on voit et d’entendre ce qu’on veut entendre. Ca dépend des scènes. C’est un spectacle LIBRE. 

 

 

 

5. Quel est le plus joli compliment qu'on t'ait fait sur la pièce ?

 

Un jour, le directeur du théâtre où on joue en ce moment m’a dit quelque chose qui m'a fait beaucoup de bien, je me suis couchée de bonne humeur. Il a dit : « Ca ira loin ». Et il l’a répété 3 fois. 

 

 

 

6.  Si je demandais aux comédiens de te décrire comme metteur en scène, il diraient quoi ?

 

Ils diraient qu'ils m'aiment beaucoup mais que je suis un tyran. (rires)

Je suis très soucieuse du détail, et parfois ça les gonfle (rires). Mais c’est une super équipe, ils sont à l’écoute. Et Aline m’a déjà dit que je sais me remettre en question aussi, donc c’est bien. Moi aussi, je suis à l’écoute. Je suis capitaine d’un navire & c’est moi qui ait la boussole. Ce qu’il faut, c’est qu’ils croient que je sais où on va, même quand je sais pas. 

 

 

 

 

7. Vous avez des rituels d'avant-spectacle ?

 

Je dit toujours un petit mot aux comédiens avant : des comptines, la recette pour bien réussir un oeuf à la coque (parce que c'est simple, mais c’est pas si simple), des petites citations. Ce que j’aime bien, c’est les surprendre, mes comédiens (Elle a de la tendresse dans les yeux quand elle parle de « ses » comédiens)

 

Une fois, j’ai acheté un poussin & on a vécu avec ce poussin pendant 2 jours. Il était sur scène à St Malo d’ailleurs.

J’aime les rituels, mais je n'aime pas entrer dans un quotidien. 

 

 

(silence - elle a le regard au loin à un moment donné, je me demande ce qu’elle a dans la tête, mais je n'interromps pas ce moment. Au bout de 2 min, elle me dit "J’adore les gens, je les trouve fascinants" Voilà LOL)

 

8. C'est quoi la suite, pour l'Opéra Panique ?

 

Jusqu’au 14 avril on joue à Paris. On va à Avignon tout le mois de juillet au Pixel théâtre 17h, tous les jours (gros challenge).

 

On l’a déjà joué à Vire, à Aurillac, à Nantes, à Paris (à l'Ogresse théâtre), on a déjà été vus par plus de 1200 spectateurs. 

J’aimerai surtout qu’on arrive à en vivre & qu’on puisse le jouer partout et devant tous les types de spectateurs.  Faire une tournée. Que le message soit diffusé, parce que j’aime bien ce que ça dit. 

 

 

 

Pour bien démarrer son week end, c'est génial.

 

Informations pratiques

Plus que 4 dates pour aller voir le spectacle, les enfants ! Hurry up !

Tous les vendredi jusqu'au 14 avril :

17 mars

24 mars

7 avril

14 avril

18 euros tarif plein

12 euros tarif réduit

(en passant par billet reduc)


Et faites une fleur à vos amis: partagez ce post ;) 

Ça peut les intéresser !

Des bisous !

 

M.

Écrire commentaire

Commentaires: 0